Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mai 2018 6 12 /05 /mai /2018 09:46

Cette année, les Championnats de France des 100 km étaient organisés le 21 Avril 2018 à Belvès dans la belle région de Dordogne, et c'était l'occasion pour moi de faire découvrir cette course à un ou deux courageux volontaires.
 

Sébastien ne pouvant pas nous accompagner, c'est François qui se laisse embarquer dans cette aventure malgré un autre défi bien plus fou dans quelques semaines, Sébastien y sera aussi, je ne vous en dis pas plus !

 

Nous arrivons  au camping à Siorac en Périgord vendredi en fin d'après-midi et situé à 7 km de Belvès. Nous nous installons rapidement dans le mobil-home, puis allons récupérer nos dossards. Après une bonne bière rafraîchissante, des retrouvailles avec un ami coureur d'Evreux et une petite balade dans les ruelles du village médiéval, nous allons manger la pasta, bien copieuse, la Dordogne sait recevoir! Rassurez vous, pas de foie gras au menu ! Quelques airs d'accordéons sont joués et l'ambiance est bien sympa!
A table, nous discutons avec notre voisin, un corse et comprenons qu'il fait partie des meilleurs coureurs en France sur 100 km, nous écoutons ses conseils principalement axés sur la préparation. Nous sommes d'accord, il faut faire de grandes sorties et cumuler des km.
Nous retournons au camping pour une nuit qui devra être la meilleure possible. Étrangement, le sommeil arrive assez vite et nous sommes en super forme au réveil à 5 h 45.

Nous retournons à Belvès à 7 h 00 pour une grande journée ! Le départ sera donné à 8 H 00 : il ne fait que 8 ° et nous savons qu'il va faire très chaud ce samedi et nous allons être gâtés !
Je retrouve 4 coureurs du VRAC sur la ligne de départ, des habitués de cette course et un coureur alsacien en V4 rencontré à plusieurs reprises à Millau et Belvès. Un vrai plaisir de se retrouver ! Nous sommes 557 coureurs au départ. François s'est échappé pour un besoin naturel et reviendra 2 mn avant le départ, dommage,  je ne le reverrai pas pour lui souhaiter une bonne course !

Le départ est donné, nous faisons le tour du village, puis nous nous engageons dans la grande descente de 1,800 km que nous devrons grimper au retour pour l'arrivée. De nombreux coureurs se souhaitent d'être à cet endroit dans quelques heures, ce sera évidemment l'accomplissement d'un beau défi préparé depuis plusieurs mois. La descente se fait donc dans la bonne humeur et nous profitons du moment. 

Les 30 premiers km se passent bien, à 11 km/h de moyenne, allure que je m'étais fixé jusqu'au 50 ème km. Je fais quelques km avec le coureur d'Evreux qui est parti dans les derniers et se régale de remonter le peloton. Sans m'en apercevoir, j'ai accéléré, je décide alors de le laisser partir pour revenir dans un groupe à allure plus modérée. J'avais décidé d'éteindre le chrono au bout de 3 heures de course afin de ne plus être préoccupé par l'allure lorsque ça ira moins bien. Nous avons déjà passé quelques beaux villages  et châteaux qui longent  la Dordogne (Beynac, La Roque-Gageac), les vues sont magnifiques.

La chaleur commence à se faire ressentir mais je sais qu'une portion en forêt se situe entre le 40 ème et le 50 ème, nous serons beaucoup mieux à l'ombre.

Je passe le marathon en 4 h  , je cours seul depuis quelques bonnes minutes et je n'ai plus mes repères, le parcours ayant été modifié  cette année : il y a deux ans, j'avais pris le ravitaillement avec mes enfants au 45 ème et j'étais reparti bien reboosté : j'aurai aimé, cette année, me retrouver à cet endroit pour me remémorer ce bon souvenir. Je prends un premier coup au moral !

Je commence à m'accrocher pour aller à la salle des sports de Sarlat au 50 ème km, je sens mes pieds gonflés dans les chaussures, une douleur au dos commence à apparaître, j' arrive enfin à la salle en alternant course et marche, mais que ces 5 derniers km ont été difficiles ! Je décide de faire un arrêt, sur l'herbe et à l'ombre à la salle de sport, j'en profite pour bien ravitailler et déserrer les lacets de mes chaussures, le plus dur reste à venir !

Je repars gentiment mais dès les premières foulées, je comprends que l'après-midi  va être longue : quelques petites côtes du parcours me font souffrir au dos, le moral baisse et la chaleur devient étouffante. Je passe difficilement le 60 ème km et décide  d'abandonner  au ravitaillement du 63 ème km après 7 h 15 de course : je n'en peux plus, il en reste 37 et ne me sens plus capable de les faire.

 Je ne suis pas le seul à avoir la même idée, quelques minutes plus tard, un autre coureur fera la même chose au même endroit. Les bénévoles sont aux petits soins, nous trouvent une chaise et  un parasol en attendant une voiture qui nous emmènera à Belvès  : les abandons sont déjà très nombreux à cette heure-ci et aucune voiture n'est disponible : nous encourageons les coureurs et coureuses, je reconnais quelques uns avec qui j'ai pu courir et discuter quelques heures avant.
Le temps passe et c'est au tour de François d'arriver à ce ravitaillement. Il est surpris de me voir ici, il ne comprend pas tout de suite ma décision et m'encourage à repartir avec lui : mon dossard n'est pas retiré mais ce ne sera pas possible pour moi, il aura bien essayé de me faire changer d'avis !  Je l'encourage à aller au bout de ce 100 km et lui conseille de bien s'arroser et s'hydrater, ce qu'il fait déjà très bien. La température est de 36 ° à ce moment de l'après-midi !

La voiture se faisant attendre, c'est un jeune bénévole du stand qui décide de nous emmener au ravitaillement de Castelnaud la Chapelle au 71 ème km où nous aurons plus de chance de trouver un véhicule pour le retour. L'organisation a prévu des renforts à cet endroit, par expérience, elle connait les lieux propices aux abandons. C'est aussi l'occasion de discuter, avec notre chauffeur, de l'organisation de cette course, il y participe avec sa famille depuis de nombreuses années. 
C'est à cet autre ravitaillement que je retrouve François : il me semble bien et ma satisfaction est de savoir qu'il franchira la ligne d'arrivée dans quelques heures. Mon dossard rendu,  un second véhicule nous emmène à Belvès, le chauffeur nous annonce une centaine d'abandons après 9 heures de course
En attendant François près de la ligne d'arrivée, je retrouve un des 4 coureurs du VRAC qui a abandonné au 35 ème km, son genou a doublé de volume ! Comme moi, il attend ses copains de club  et ils sont très loin de leurs meilleurs chronos ! Les arrivées défilent, certains sprintent, d'autres sont accompagnés par la famille sur les derniers mètres. 
La  nuit tombe et la température aussi, les coureurs auront moins chauds et cela leur permettra de terminer dans de meilleures conditions même si cela ne fera pas disparaître les douleurs musculaires.

C'est au tour de François d'arriver avec un compagnon de route, V3 également : l'entraide dans les derniers km est essentielle et leur a permis de se motiver pour grimper la dernière montée de la journée. 
François franchit la ligne en 13 h 52'39 s, se classe 283 ème et 26 ème V3 : très fatigué mais heureux ! Très ému, il me confirmera qu'il a souffert comme rarement.

Cette année, la chaleur a rendu la course très difficile et la médaille de ces Championnats de France des 100 km offerte à l'arrivée a été bien méritée !
Pour info, le premier réalise 7 h 14  avec 17 mn d'avance sur le second, notre ami corse fait 8 ème en 8 h 11, la première féminine 30 ème en 9 h 24, Denis Morel du VRAC 36 ème en 9 h 36, mon ami d'Evreux 66 ème en 10 h 15 et il y aura 138 abandons sur 557 partants !

Malgré ma déception, je garderai tout de même un bon souvenir de cette journée : je suis fier et heureux d'avoir fait découvrir cette course à François, d'y avoir retrouvé quelques normands et j'espère vous avoir convaincu de tenter, un jour, de courir et de terminer un 100 km. 
 

Encore Bravo à François PEREZ !

                               Bruno


 

Le RCS 76 aux Championnats de France des 100 km à Belvès
Le RCS 76 aux Championnats de France des 100 km à Belvès
Le RCS 76 aux Championnats de France des 100 km à Belvès
Le RCS 76 aux Championnats de France des 100 km à Belvès
Le RCS 76 aux Championnats de France des 100 km à Belvès

commentaires

Présentation

  • : Running Club Stéphanais 76
  • : Association loi 1901 . Club de course à pieds ouvert aux adultes hommes et femmes . Entrainements hebdomadaires en forêt du Madrillet . Courses sur routes . Club engagé dans le "Challenge Inter Cross de la Seine" . Groupe pratiquant la marche "rapide".
  • Contact

Trail du Rouvray 2022

Dimanche 20 novembre 2022
Gymnase de l'INSA

Voir le site du trail du Rouvray

 

Rechercher Un Article