Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 septembre 2018 4 06 /09 /septembre /2018 13:25

Ma CCC, au programme 101km avec 6000 m D+. Objectif moins de 24h.
 
Message de l’organisation, pas de pack canicule, ni grand froid, Ouf! Par contre modification de parcours sur La Tête au vent, il y a eu des éboulements, donc on ira juste à la Flégère. Et dernière info, prévision de températures pour la nuit, un ressentie de 0°.
Ça promet tout ça ....

On prend le bus à 7h30 direction Courmayeur pour un départ à 9h00. En se rendant dans les sas en fonction des numéros de dossards, je suis dans le 2e avec Guillaume et Laurent (ils ne sont pas du club, ce sont des collègues) dans le 3e, cela sera donc un départ à 9h15. Beaucoup de nationalités différentes, des coureurs avec des chaussures flambant neuves, un dossard avec le drapeau du pays et son nom que l’on peut mettre sur son sac pour être identifié par les autres coureurs. Guillaume me dira après la course que j’étais stressé et le regard ailleurs avant le départ.

Départ du 1er sas, on attend 15mn, les consignes et c’est parti à 9h15!

Petite boucle dans Courmayeur pour se mettre en jambes et étirer le peloton. Guillaume part assez vite, je le suis, mais je me trouve un peu distancé, je ne suis pas encore bien en jambes, et on attaque la première bosse, La tête de la Tronche à 2584 m. La montée se fait « cul à cul », les Chinois font un peu n’importe quoi, double n’importe où, n’importe comment, pour se faire doubler plus tard. Il ne fait pas trop chaud, le temps idéal, mais la montée est longue presque 1500m D+ à faire. 

Arrivée au sommet, premier check du dossard et on nous félicite, 1500 de D+ de fait, descente vers le refuge Bertone pour un premier ravitaillement, en arrivant, je croise Guillaume qui repart. Pause assez rapide, plein d’eau, je mange un peu et c’est reparti.

3h20 de course, j’avais prévue 3h25, je suis dans mes temps. On reste à une altitude de 2000, en alternant petites montées/descentes jusqu’au refuge Bonnati, c’est assez roulant. Là c’est juste ravitaillement en eau, je ne reste pas longtemps. On descend sur Arnouvaz, pour un autre ravitaillement, puis la 2e grosse bosse, Le Grand Col Ferret (2530m), et la ça rigole moins, le temps se couvre, au fur et à mesure qu’on avance, la température baisse, le vent se lève. De plus en plus de coureur sortent la veste pour se protéger du froid, mais aussi de la pluie qui commence à tomber, et j’en fais autant. 

Arrivés au sommet, on bascule vers la Suisse, j’ai froid, les mains gelées, mais je ne traine pas, j’attaque aussitôt la descente pour trouver un endroit plus calme et sortir les gants, et pouvoir me réchauffer dans la descente.

7h05 de course, prévue 6h30. Il y a 20 km de descente, ça va être long, et avec la pluie, boueux voir glissant avant d’arriver à La Fouly , je regarde les coureurs devant moi, on a l’impression d’être sur une patinoire, ça glisse, ça tombe, faut rester concentré. Le ravitaillement fait du bien, le gars en face de moi me dit qu’il n'est plus motivé, il veut arreter, et je crois qu’il va craquer devant moi, je lui conseille de se reposer un peu et d’aller au moins jusqu’à Champex. On continue de descendre, on traverse un joli village Suisse, avant d’attaquer 6km de montée pour arriver à Champex où Paul doit nous assister au ravitaillement. Ca le fait juste pour ne pas mettre la frontale. 

11h de course, je suis un peu en retard dans mes temps. Paul me donne des affaires pour me changer et m’apporte du ravitaillement, je peux me poser un peu, je me couvre pour la nuit, et je repars sous la pluie. On attaque la montée de la Giéte qui est interminable, au loin on voit les traces de frontales. Je suis 2 gars qui ont une allure soutenue, ça me va bien, enfin, pas jusqu’au sommet. Pour la descente vers Trient, j’ai le genou qui commence à chauffer et l’autre jambe c’est la cuisse, du coup j’ai du mal à courir dans les descentes et même sur le plat. 

Arrivée à Trient, petit village Suisse, ravitaillement où il règne une bonne humeur chez les bénévoles. Je reprends des forces, car j’ai un mauvais souvenir sur l’OCC de la montée vers Les Tseppes. Ça monte assez dur dans la forêt, je suis dans un petit groupe qui a une allure régulière, mais pas trop soutenue, ça me va bien pour éviter d’être dans le dur. On voit de plus en plus de coureurs arrêtés sur le côté.

Arrivé au sommet, je me dis qu’il ne reste plus qu’une bosse avant la fin, descente tranquille vers Vallorcine (retour en France) à cause des douleurs. Dernier gros ravitaillement avant la fin, donc une dernière soupe pour se réchauffer. Il est 4h du matin, j’ai rattrapé mon petit retard. Encore un coup de froid en repartant direction le Col des Montets, pas mal de faux plat montant, cela me permet de trottiner quand je le peux. A cause de la modif de parcours, je vois que la montée vers la Flégère est décomposée en 2 parties. La montée est assez raide et je me retrouve à mener l’allure d’un groupe, la descente est horrible, comme disait un coureur : « de jour c’est pas agréable, mais là c'est horrible».

Et enfin la dernière montée vers la Flégère, elle est longue, interminable, j’ai l’impression de ne plus avancer, en plus on monte vers le brouillard, je suis dans le dur. La seule bonne nouvelle, même s’il se remet à pleuvoir un peu, c’est que le jour se lève, je vais pouvoir enlever la frontale. Tout le monde est démotivé dans la fin de montée, sur la piste de ski. 

Enfin le ravito, la course est presque finie, j’appréhende un peu la descente avec mes douleurs. Je repars motiver, et j’arrive même à courir dans les descentes, je me fais violence et ça passe, les douleurs disparaissent. Là aussi la descente est longue, environ 6km avant d’arriver dans Chamonix, mais quelle joie de retrouver le bitume pour la fin de course, il faut que je profite un max de ce dernier kilomètre. A l’arrivée Guillaume ( il a mis 19h24’) et Paul m’attendent pour m’encourager sur les derniers mètres et ça fait plaisir pour cette fin de course. Le passage de la ligne d’arrivée est un moment fort en émotion au bout de 23h36mn de course.
Guillaume arrivera plus tard en 25h20mn

 

Une belle course avec des moments difficiles, mais la grosse satisfaction d’être allé au bout.

                                                              
                                                       Christophe

 

 

Ma CCC, au programme 101km avec 6000 m D+......
Ma CCC, au programme 101km avec 6000 m D+......
Ma CCC, au programme 101km avec 6000 m D+......
Ma CCC, au programme 101km avec 6000 m D+......

commentaires

Présentation

  • : Running Club Stéphanais 76
  • : Association loi 1901 . Club de course à pieds ouvert aux adultes hommes et femmes . Entrainements hebdomadaires en forêt du Madrillet . Courses sur routes . Club engagé dans le "Challenge Inter Cross de la Seine" . Groupe pratiquant la marche "rapide".
  • Contact

Trail du Rouvray 2022

Dimanche 20 novembre 2022
Gymnase de l'INSA

Voir le site du trail du Rouvray

 

Rechercher Un Article