Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 février 2019 2 05 /02 /février /2019 17:17

Avec 145 coureurs, on attendait mieux quant à la participation des clubs au prix René Pajot malgré quelques absences des coureurs d'OAC 76 retenus par les régionaux de cross dans la Manche . Et pourtant toutes les conditions étaient réunies pour que cette matinée soit un succès. Temps agréable, parcours unanimement reconnu pour sa qualité, signalisation impeccable, gestion des arrivées presque sans défaut (petit bug informatique vite récupéré par CD...), ravitaillement irréprochable à Paul Eluard tenu par Maître JPB et son équipe, punch excellent préparé par le président en personne .....

Bon point pour le Club qui réussit, bien qu'organisateur, à rassembler 38 coureurs et ainsi récupérer les trophées hommes et femmes mis en jeu par la famille Pajot, trophées perdus l'an passé au profit d'Oxygène. Le RCCA enlevait une nouvelle fois le trophée enfants .

Jacques Testart se voyait remettre une coupe pour récompenser sa participation aux 8 cross du Challenge 2018-2019, quelque soit le parcours et les conditions météorologiques. Une belle leçon de courage et d'esprit club pour nous tous !

Mme Odette Guérin et son fils et neveu de Claude Pajot Jean François remettaient les trophées aux gagnants .

Pour finir la chance sourit au club, trois des cinq lots tirés par une main innocente, étaient remportés par les nôtres 

Michel CASTELOT

 

Le prix René Pajot , dernier cross du challenge
Le prix René Pajot , dernier cross du challenge
Le prix René Pajot , dernier cross du challenge
Le prix René Pajot , dernier cross du challenge
Le prix René Pajot , dernier cross du challenge
Le prix René Pajot , dernier cross du challenge
Le prix René Pajot , dernier cross du challenge
Le prix René Pajot , dernier cross du challenge
Le prix René Pajot , dernier cross du challenge
Le prix René Pajot , dernier cross du challenge
14 janvier 2019 1 14 /01 /janvier /2019 14:46

Ce n'était pas tout à fait les retrouvailles de début d'année puisque dimanche dernier beaucoup des nôtres avaient couru le Challenge à Oissel, mais c'est toujours un agréable moment de convivialité et de bonne humeur qui se termine à la salle Jean Macé par l'annonce du classement des équipes , la remise des récompenses  et le partage de la traditionnelle galette des Rois .

Merci à Virginie  qui a pris en charge l'organisation et à tous ceux qui se sont dévoués pour l'aider.

                                                                               Michel

Le relais du club 2019

Classement relais du club 2019

Classt

1er tour (Marche)

2èeme tour

3ème tour

4ème tour

1

Debarros Joaquim(4)

Douville Catherine

Dambo Romain

L Huilier Bruno

45.15

2

Billard Dominique (3)

Leroy Esteban

Chevalier Gilles

Mohamed William

45.30

3

Lefeuvre Jean Claude(11)

Deilhou Patricia

Lebas Virginie

David Philippe

45.50

4

Niel Nadine(8)

Niel Nadine

Kalin Evelyne

Lecoeur Philippe

46.40

5

Castelot  Michel(10)

Collard Pierrette

Paris Lionel

Paris Lionel

48.10

6

Duprey Josianne (9)

Torchy Dominique

Desanglois Laurent

Desanglois Laurent

48.28

7

Leroy Joséphine(6)

Herele Nicolas

Mabit Luc

Leroy Jean yves

49.05

8

Chevalier Françoise(5)

Chevalier Françoise

Martin Olivier

Zolli Manuel

49.15

9

Testart Jacques (1)

Dréan Christine

Deilhou Estelle

Chiarot  Kevin

49.28

10

Vanessa(7)

Dejean Alain

Kalin  Yannick

Deilhou Michel

51.00

11

Laura(2)

Lesueur Patricia

Leguillant Gaby

Lafforgue Thierry

56.20

PS : Quelques difficultés à sortir les temps scratch de chacun, certains temps manquants . Je les transmettrai à la demande de chacun es  (utiliser la fenêtre réservée aux commentaires en bas de page )

Photos Jacques et Michel
Photos Jacques et Michel
Photos Jacques et Michel
Photos Jacques et Michel
Photos Jacques et Michel
Photos Jacques et Michel
Photos Jacques et Michel
Photos Jacques et Michel
Photos Jacques et Michel
Photos Jacques et Michel
Photos Jacques et Michel

Photos Jacques et Michel

9 décembre 2018 7 09 /12 /décembre /2018 18:51

Alerte "jaune" sur le Val l'Abbé , la course a été maintenue , orange aurait signifié son annulation. Il fallait être courageux pour vaincre vent et giboulées ce matin du 9 décembre .

Cela explique certainement la faible participation (154) à cette manifestation qui rassemble régulièrement plus de 200 coureurs . On constate toutefois un sursaut du RCS76 avec 46 participants (17 filles et 29 garçons) contre 28 la semaine passée à Belbeuf

A l'inverse , au gymnase Paul Eluard, le taux de fréquentation aux boissons chaudes fut particulièrement élevé . Joséphine et Jean Pierre qui tiennent le poste de ravitaillement ont été à l'ouvrage.

Bien qu'en effectif réduit, le club remporte 10 premières places :

  • Christelle LEGRAND (SF2)
  • Sandra PETIT (VF1)
  • Evelyne KALIN (VF3)
  • Françoise CHEVALIER (VF4)
  • Naël ADDI (minime garçon)
  • Kévin CHIAROT (SH1)
  • William MOHAMED (VH2)
  • Yannick KALIN (VH3)
  • Luc MABIT (VH4)
  • George LEGENDRE (VH5)

Saluons la présence des représentants de la ville à la remise des trophées , MM Moyse , maire de Saint Etienne du Rouvray et Rodriguez , Adjoint chargé des sports 

 

                                       Michel CASTELOT

 

Nota :

  • pas de photo du départ des enfants de la deuxième course tant les conditions à ce moment là n'ont pu le permettre.  
  • A la suite lien pour accéder aux photos de Philippe LEVASSEUR
Tempête sur le prix de la ville
Tempête sur le prix de la ville
Tempête sur le prix de la ville
Tempête sur le prix de la ville
Tempête sur le prix de la ville
Tempête sur le prix de la ville
Tempête sur le prix de la ville
Tempête sur le prix de la ville
Tempête sur le prix de la ville
Tempête sur le prix de la ville
Tempête sur le prix de la ville
Tempête sur le prix de la ville
Tempête sur le prix de la ville
Tempête sur le prix de la ville
Tempête sur le prix de la ville
Tempête sur le prix de la ville
Tempête sur le prix de la ville
28 novembre 2018 3 28 /11 /novembre /2018 18:38

 

Sur la photo de gauche à droite

Romain- Evelyne (1ere VF3)-Kevin (1er SH1)- Luc (1er VH4)- William avec la coupe de Sandra (1ère VF1)-Yannich (1er VF3) et au pied de Luc la coupe de Françoise (1ère VF4), absente lors de la remise des Trophées

Faible participation du club à ce 2 ème cross : 42 personnes (13 filles et 29 garçons) contre 54 lors du 1er cross du 11 novembre à Cléon.

 

Rappel du podium de Cléon :

Sandra (1ère VF1) - Evelyne (1ère VF3) - Françoise (1ère VF4) - Naël (1er minime) - Kevin (1er SH1) - Willam M (1er VH2) - Luc (1er VH4)

                                       

                         Photo et commentaires de Jérôme

 

24 novembre 2018 6 24 /11 /novembre /2018 21:52

« Bienvenue à bord. Votre commandant Jérôme, son copilote Dominique vous souhaitent un excellent voyage à bord de l'A 800 de la compagnie "Air Running Club Stéphanais 76".

Les stewards, le personnel technique vous garantissent un vol agréable et vous accompagneront durant toute la matinée.  Nous voyagerons par une température de 6°. Notre vol se fera en trois étapes : deux fois 11 km à une altitude de 220 m et un 30 km à altitude maxi de 330 m. Restauration en vol et au comptoir de la Cie. Sur le tarmac, à l'arrivée accueil de Claude et ses commentaires pointus ….. ». 
 

Eh oui, c'était donc la quatrième édition du Trail du Rouvray, organisée par le RCS 76 !
A la demande de la ville, les installations du gymnase A. Roulland étant trop vétustes, c'est à partir du gymnase de l'INSA (avenue Galilée) que nous avons mis sur pied un nouveau départ en forêt (à proximité du bassin de rétention) et une nouvelle arrivée devant le gymnase, après un ultime faux plat montant de 400 m, au sortir de la forêt du Madrillet.
Ajoutant un peu de piquant et q.q centaines de mètres supplémentaires, avec un passage par les grottes chères aux stéphanais (abri pendant la guerre 1939-1945), le parcours est ainsi plus sélectif et technique ; mais toujours aussi agréable et apprécié des participants.


Le samedi matin, 4 équipes balisaient les trajets, pendant que d'autres aménageaient la salle pour les dernières inscriptions et le retrait des dossards le samedi après-midi, l'accueil des athlètes, dimanche matin  
Dimanche dès 6h30, les mêmes équipes ont effectué un ultime contrôle et balisé tous les secteurs près des entrées. Une nouvelle fois, nous avons été les victimes de dégradations stupides et inutiles.
A déplorer également des passages en force de voitures et motos malgré la fermeture et le blocage des ronds-points (déviations mises en place avec affichage arrêté municipal). La présence de la police est indispensable pour l’organisation de la manifestation. Nous faisons de la course à pied et non de la boxe, voir des arts martiaux. Il y va de la sécurité de tous !
Pendant ce temps Michel D briffait les signaleurs au cours d'un brainstorming avec café croissants & pains au chocolat. Durant moins de 120’, entre 7 h 30 et 9 h 25, il a fallu ensuite faire vite pour délivrer les dossards non remis la veille (= problèmes des blocages de routes). 

 

Le Trail du Rouvray est désormais un rendez-vous annuel incontournable de la région et au-delà. Les 3 épreuves et toutes les catégories sont récompensées identiquement, de façon équitable et avec convivialité.
Deux blessés légers à déplorer mais malgré tout contents de leur course A voir le visage des sportifs devant le stand de ravitaillement, les sourires reflétaient l'excellente ambiance de la manifestation et le plaisir d’avoir couru ce trail.
737 bipèdes ont rallié l'arrivée. 226 sur le 30km, 399 sur le 11km et 112 sur la marche pour 798 inscrits. La crainte du blocage des routes et les abandons expliquent sûrement cet écart. 
Record de participation battu ! 5 jours avant l’épreuve, les 400 dossards du 11 km étaient tous attribués. Nous avons dû ajouter q.q dossards supplémentaires ; mais refuser malgré tout une cinquantaine de personnes, le départ en forêt étant trop exigu. 

 

Pour cette édition 2018, nous soutenions la recherche médicale en reversant à l’AFM et au Téléthon 0,50 cts par inscription.
 

Le club était présent (14 personnes) - René 2ème M4 de la marche nordique -  Christelle 1ère du scratch 11km -  Evelyne 1ère M3 - Catherine 3ème M4 - Martine  4ème M3 - Thierry 3ème M3 sur le 30km.
 

La ville de Saint Etienne du Rouvray était bien représentée par Maryvonne Collin, très active lors de la remise des récompenses. Elle peut témoigner du succès du Trail du Rouvray.


Que toutes et tous soient remerciés pour leur présence, aide, dévouement et soutien : bénévoles, sponsors, ville de SER, Ecole INSA, U.F.R, Métropole, Département et Région. 
Une mention particulière aux bénévoles mobilisés durant tout le week-end pour certains, dès le samedi matin ou l’après-midi, très tôt le dimanche matin et bien avant pour un petit nombre d'entre nous.
J'ai déjà remercié nos signaleurs, les 4 personnes des 2 ravitaillements en forêt. Je réitère mes félicitations, le travail était parfait. Vous êtes des pros ! Je ne voudrais surtout pas oublier les services techniques de la ville avec Pascal, clef de voûte du système.  
Merci à tous les anonymes de leurs encouragements, aux messages de sympathie transmis par courriers et SMS, aux  présidents de club de leurs félicitations. J'ai eu de très bons échos des participants, dont certains pour leur 1ère expérience de trail. Ils reviendront en 2019.

 

Le week-end s'est achevé par un apéro casse-croûte beaujolais nouveau et douceurs maison partagés et mérités. Nous avons pu échanger à chaud. Quelques idées ont été émises. Nous étions bien fatigués, contents et satisfaits de cette belle journée ensoleillée.
Tout n'est pas pourtant terminé. Il faut envoyer les résultats aux sites internet concernés, répondre aux questions, se procurer des photos du trail, les mettre à disposition des participants. Dès lundi matin, la forêt a été nettoyée. Mais les "pros" avaient bien bossé. Il faut  ranger le matériel, restituer les "invendus" des ravitaillements, payer les factures, encaisser les chèques, établir le bilan financier, remercier nos partenaires, faire un bilan de l'organisation pour toujours améliorer .... et bientôt penser à 2019. En fait, un éternel recommencement ! 

 

Quant à moi, à 76 ans je verrai si mon état me permettra de poursuivre. A ce stade je rempile. J'ai savouré sans modération.
 «……. et l'atterrissage s'est fait en douceur sous les applaudissements des passagers ! »

                                                   Dominique TORCHY 

 

 

Photos de Philippe LEVASSEUR sélectionnées pour cet article, avec en particulier nos participants , visages reconnus et quelques ambiances prises au hasard .

Pour accéder à toutes les photos de Philippe utiliser le lien ci après

http://www.normandiecourseapied.com/photos/photos-trail-du-rouvray-2018/index.html

Départ du 30 km
Départ du 30 km
Départ du 30 km
Départ du 30 km
Départ du 30 km
Départ du 30 km
Départ du 30 km
Départ du 30 km
Départ du 30 km

Départ du 30 km

Départ du trail de 10
Départ du trail de 10
Départ du trail de 10
Départ du trail de 10
Départ du trail de 10
Départ du trail de 10
Départ du trail de 10
Départ du trail de 10
Départ du trail de 10
Départ du trail de 10

Départ du trail de 10

Marche nordique
Marche nordique
Marche nordique
Marche nordique
Marche nordique

Marche nordique

Retour trail de 10
Retour trail de 10
Retour trail de 10
Retour trail de 10
Retour trail de 10
Retour trail de 10
Retour trail de 10
Retour trail de 10
Retour trail de 10
Retour trail de 10
Retour trail de 10

Retour trail de 10

Retour trail de 30
Retour trail de 30
Retour trail de 30
Retour trail de 30
Retour trail de 30
Retour trail de 30
Retour trail de 30
Retour trail de 30

Retour trail de 30

4 novembre 2018 7 04 /11 /novembre /2018 20:27

Les mercredi 31 octobre et dimanche 4 novembre, une trentaine de coureurs ont sillonné la forêt du Rouvray.


Sous les ors de l'automne, avec un tapis de feuilles sur les chemins et un temps idéal, ce beau peloton a pu apprécier le nouveau parcours, avec un passage par les grottes et des petits raidillons qui ont épaté nos bipèdes.
Après plusieurs arrêts, nous arrivons au gymnase de l'INSA. 1 heure 12 de course effective le dimanche et 1 heure 16 le mercredi. 10 km 620 et 124m de dénivelé positif.


Trop vite diront certains (e)? A voir les mines réjouies ainsi que la bonne humeur régnant dans le groupe, tous étaient heureux. Même notre Président toujours convalescent nous a accompagné en vélo.


Laurent a emmené 3 compères sur une partie du 30 km. J'espère qu'ils sont rentrés aussi sereins que nous.


J'ai remarqué et apprécié la motivation. alors vous pourrez vous défouler et aller plus vite lors du premier cross du 11 novembre à Cléon et montrer tout votre talent.

 

Merci à vous tous

                                                              Dominique
 

MERCREDI 31 OCTOBRE

MERCREDI 31 OCTOBRE

DIMANCHE 4 NOVEMBRE

DIMANCHE 4 NOVEMBRE

25 septembre 2018 2 25 /09 /septembre /2018 12:25

Bon, premier marathon, à 24 ans, dimanche 16 septembre 2018.

On a fait la préparation pour 3h45. Rendez-vous avec mon cousin Antoine pour être finisher !

On est dans le sas de départ. La pression monte. On se dit qu’il faut suivre la meneuse d’allure de 3h45 pour être bien…. Ça y est, c’est le départ ! Très bonnes sensations au départ mais la meneuse d’allure va un peu vite…. Presque 4’40 au km faut ralentir ! Mais on tient bon ! 2e km, Rue Lafayette à Rouen, on aperçoit mes parents pour nous encourager !! Pont Corneille ok ! On commence maintenant les quais rive droite, direction Belbeuf ! On suit toujours la meneuse d’allure qui s’est calée sur 3h45. Vers 7e km, Ophélie et Michel passent et m’encouragent ! ça fait plaisir ! 8e km, pause pipi. Je fais une petite pointe de vitesse pour ensuite rattraper mon cousin sans me mettre dans le rouge… Tout va bien ! On prend la décision de se séparer du groupe de 3h45 pour accélérer progressivement et d’être à un rythme qui nous convient…. 5’05 5’10 au km. Attention, v’là la 1e difficulté ! Le Pont d’Oissel ! Et bizarrement… en gardant la même allure… ça passe tout seul ! On arrive dans Oissel ! Passage sur les quais ok ! Qui croise-t-on au bar ?? Mes parents, ma sœur, mon beau-frère et ma grand-mère ! 😊 On attaque la montée de la rue Sadi Carnot. Tout va très bien ! Maintenant voici la grosse difficulté du marathon devant nous… La forêt du Rouvray ! ça commence par la côte de l’hôpital d’Oissel. On ralentit un peu pour garder des forces pour la suite. On traverse la passerelle et là c’est la côte de la Passerelle ! 21,1 km faits !!!! On tourne à droite sur la route du Totem, ça descend pour récupérer c’est l’idéal ! Ensuite, c’est 1,3 km de faux-plat montant vers le chapeau à 3 cornes. Je garde la même allure voire j’accélère un peu. Je me sens bien ! On double beaucoup de personnes ! Ahhh 25 km ! Du plat ! Encore mes parents à la sortie de la forêt ! Malheureusement mon cousin Antoine n’arrive plus à me suivre et ralentit son allure…  J’arrive à Saint -Etienne du Rouvray, avenue des Canadiens et c’est parti pour 6 km de descente !! Merci au RCS d’être là sur l’avenue ! Laurent, Luc et Jérôme ! 29e km au Stade Diochon ! Sébastien me suit en vélo sur quelques mètres ! ça fait plaisir !! Le Rond-point des Bruyères, direction Rouen par le Jardin des Plantes maintenant, le mental et les jambes sont toujours là ! 30e, 31e, 32e, 33e,……. 34e km, passage dans la Rue Lafayette c’est le début du cauchemar… Je sens que les jambes sont en train de fléchir, surtout quand je vois la Rue de la République au loin ! Je sais que la fin se jouera au mental ! La montée de la rue de la République…. Ça va encore… Passage devant la mairie de Rouen ok. Le faux-plat montant de la rue Jean Lecanuet m’achève un peu plus… Heureusement ça descend un peu ensuite. Arrivent ensuite les quais bas rive gauche ! Une horreur !! Je ne compte plus les km ! Il faut aller jusqu’au Pont Flaubert ! Evidemment tu vois bien les autres passer de l’autre côté !! Eric a fait quelques mètres en courant à froid avec moi mais exténué il a arrêté de me suivre alors que j’étais à bout 😊 Enfin je fais demi-tour derrière le pont mais je n’en peux plus. J’ai soif, je n’ai plus de souffle, j’ai mal partout !!! Heureusement que le public est là !! Enfin je vois le panneau 41e ! ça devient bon ! Je vois la remontée sur le Pont Boieldieu ! Mes collègues et amis Lilia et Jean-Christophe sont là !! Je donne tout dans la remontée du pont et sur les quelques mètres de la fin……….

C’est terminé !!! 42,195 km en 3h45’12’’ ! 359 / 1262

Mon cousin mettra 20 minutes de plus ! Je suis très content de moi ! C’est l’aboutissement d’une préparation importante ! Je suis fier de ce que j’ai accompli !
Je peux penser à mon prochain marathon maintenant ! La route du Louvre (Lens-Lille) le 12 mai 2019 ! Merci à tous mes soutiens : ma famille, mes amis, mes collègues etc etc etc, qui m’ont soutenu dans mon premier marathon !!!!!!!!

                                                                    Kevin

Mon 1er marathon à domicile !
Mon 1er marathon à domicile !

Petit conseil : Abonnez vous au Blog et vous recevrez les articles dans votre boite  mail dès leur parution. Pour cela il suffit de vous inscrire en page d'accueil : rubrique "S'ABONNER" sur le coté droit 

                                             Michel CASTELOT

6 septembre 2018 4 06 /09 /septembre /2018 13:25

Ma CCC, au programme 101km avec 6000 m D+. Objectif moins de 24h.
 
Message de l’organisation, pas de pack canicule, ni grand froid, Ouf! Par contre modification de parcours sur La Tête au vent, il y a eu des éboulements, donc on ira juste à la Flégère. Et dernière info, prévision de températures pour la nuit, un ressentie de 0°.
Ça promet tout ça ....

On prend le bus à 7h30 direction Courmayeur pour un départ à 9h00. En se rendant dans les sas en fonction des numéros de dossards, je suis dans le 2e avec Guillaume et Laurent (ils ne sont pas du club, ce sont des collègues) dans le 3e, cela sera donc un départ à 9h15. Beaucoup de nationalités différentes, des coureurs avec des chaussures flambant neuves, un dossard avec le drapeau du pays et son nom que l’on peut mettre sur son sac pour être identifié par les autres coureurs. Guillaume me dira après la course que j’étais stressé et le regard ailleurs avant le départ.

Départ du 1er sas, on attend 15mn, les consignes et c’est parti à 9h15!

Petite boucle dans Courmayeur pour se mettre en jambes et étirer le peloton. Guillaume part assez vite, je le suis, mais je me trouve un peu distancé, je ne suis pas encore bien en jambes, et on attaque la première bosse, La tête de la Tronche à 2584 m. La montée se fait « cul à cul », les Chinois font un peu n’importe quoi, double n’importe où, n’importe comment, pour se faire doubler plus tard. Il ne fait pas trop chaud, le temps idéal, mais la montée est longue presque 1500m D+ à faire. 

Arrivée au sommet, premier check du dossard et on nous félicite, 1500 de D+ de fait, descente vers le refuge Bertone pour un premier ravitaillement, en arrivant, je croise Guillaume qui repart. Pause assez rapide, plein d’eau, je mange un peu et c’est reparti.

3h20 de course, j’avais prévue 3h25, je suis dans mes temps. On reste à une altitude de 2000, en alternant petites montées/descentes jusqu’au refuge Bonnati, c’est assez roulant. Là c’est juste ravitaillement en eau, je ne reste pas longtemps. On descend sur Arnouvaz, pour un autre ravitaillement, puis la 2e grosse bosse, Le Grand Col Ferret (2530m), et la ça rigole moins, le temps se couvre, au fur et à mesure qu’on avance, la température baisse, le vent se lève. De plus en plus de coureur sortent la veste pour se protéger du froid, mais aussi de la pluie qui commence à tomber, et j’en fais autant. 

Arrivés au sommet, on bascule vers la Suisse, j’ai froid, les mains gelées, mais je ne traine pas, j’attaque aussitôt la descente pour trouver un endroit plus calme et sortir les gants, et pouvoir me réchauffer dans la descente.

7h05 de course, prévue 6h30. Il y a 20 km de descente, ça va être long, et avec la pluie, boueux voir glissant avant d’arriver à La Fouly , je regarde les coureurs devant moi, on a l’impression d’être sur une patinoire, ça glisse, ça tombe, faut rester concentré. Le ravitaillement fait du bien, le gars en face de moi me dit qu’il n'est plus motivé, il veut arreter, et je crois qu’il va craquer devant moi, je lui conseille de se reposer un peu et d’aller au moins jusqu’à Champex. On continue de descendre, on traverse un joli village Suisse, avant d’attaquer 6km de montée pour arriver à Champex où Paul doit nous assister au ravitaillement. Ca le fait juste pour ne pas mettre la frontale. 

11h de course, je suis un peu en retard dans mes temps. Paul me donne des affaires pour me changer et m’apporte du ravitaillement, je peux me poser un peu, je me couvre pour la nuit, et je repars sous la pluie. On attaque la montée de la Giéte qui est interminable, au loin on voit les traces de frontales. Je suis 2 gars qui ont une allure soutenue, ça me va bien, enfin, pas jusqu’au sommet. Pour la descente vers Trient, j’ai le genou qui commence à chauffer et l’autre jambe c’est la cuisse, du coup j’ai du mal à courir dans les descentes et même sur le plat. 

Arrivée à Trient, petit village Suisse, ravitaillement où il règne une bonne humeur chez les bénévoles. Je reprends des forces, car j’ai un mauvais souvenir sur l’OCC de la montée vers Les Tseppes. Ça monte assez dur dans la forêt, je suis dans un petit groupe qui a une allure régulière, mais pas trop soutenue, ça me va bien pour éviter d’être dans le dur. On voit de plus en plus de coureurs arrêtés sur le côté.

Arrivé au sommet, je me dis qu’il ne reste plus qu’une bosse avant la fin, descente tranquille vers Vallorcine (retour en France) à cause des douleurs. Dernier gros ravitaillement avant la fin, donc une dernière soupe pour se réchauffer. Il est 4h du matin, j’ai rattrapé mon petit retard. Encore un coup de froid en repartant direction le Col des Montets, pas mal de faux plat montant, cela me permet de trottiner quand je le peux. A cause de la modif de parcours, je vois que la montée vers la Flégère est décomposée en 2 parties. La montée est assez raide et je me retrouve à mener l’allure d’un groupe, la descente est horrible, comme disait un coureur : « de jour c’est pas agréable, mais là c'est horrible».

Et enfin la dernière montée vers la Flégère, elle est longue, interminable, j’ai l’impression de ne plus avancer, en plus on monte vers le brouillard, je suis dans le dur. La seule bonne nouvelle, même s’il se remet à pleuvoir un peu, c’est que le jour se lève, je vais pouvoir enlever la frontale. Tout le monde est démotivé dans la fin de montée, sur la piste de ski. 

Enfin le ravito, la course est presque finie, j’appréhende un peu la descente avec mes douleurs. Je repars motiver, et j’arrive même à courir dans les descentes, je me fais violence et ça passe, les douleurs disparaissent. Là aussi la descente est longue, environ 6km avant d’arriver dans Chamonix, mais quelle joie de retrouver le bitume pour la fin de course, il faut que je profite un max de ce dernier kilomètre. A l’arrivée Guillaume ( il a mis 19h24’) et Paul m’attendent pour m’encourager sur les derniers mètres et ça fait plaisir pour cette fin de course. Le passage de la ligne d’arrivée est un moment fort en émotion au bout de 23h36mn de course.
Guillaume arrivera plus tard en 25h20mn

 

Une belle course avec des moments difficiles, mais la grosse satisfaction d’être allé au bout.

                                                              
                                                       Christophe

 

 

Ma CCC, au programme 101km avec 6000 m D+......
Ma CCC, au programme 101km avec 6000 m D+......
Ma CCC, au programme 101km avec 6000 m D+......
Ma CCC, au programme 101km avec 6000 m D+......
23 mai 2018 3 23 /05 /mai /2018 10:20

Tout près d'Amiens se niche un petit village qui vaut le détour et le retour, Eppeville.

Sébastien Hanrard et moi-même avions décidé d'une petite excursion dans ce village du Santerre le WE des 5 et 6 mai 2018, avec Bruno L'Huillier mais qui sera hélas indisponible.

Le temps nous était compté, nous n'avons pas eu le loisir de visiter les monuments emblématiques du village, les menhirs dits de "La Pierre-qui-Pousse" dont le plus haut culmine à pas moins de 1,80 m, à marais bas. Nous nous sommes contentés de visiter la salle polyvalente et les rues adjacentes.

Pour profiter au mieux du WE, nous sommes arrivés le vendredi soir. Le village de 1500 habitants a su garder son authenticité: Pas de gros camping aménagé. On nous propose de dormir dans la salle polyvalente, mais nous préférons le terrain de foot pour plus de tranquillité.

Après une brève découverte du lieu, nous avalons un plat de pâtes au resto chinois de Ham, et au lit.

Le samedi matin, petit déjeuner toujours au lit et nous profitons d'une grasse matinée, malgré un voisinage un peu bruyant.

Je tente de réveiller Sébastien qui n'a pas entendu son réveil sonner à 9h. Il finit par émerger mais titube. Nous n'avions pourtant bu qu'une seule Tsingtao la veille. (En fait, Sébastien, par crainte de ne pas s'endormir, avait pris un somnifère puis un 2ème, le sommeil ne venant pas assez vite: un gros somme en Somme, en somme).

Juste avant 11h après des cafés, Sébastien sort des bras de Morphée. Nous commençons notre balade, nous ne sommes pas seuls. Pour éviter que l'on s'égare, on nous a accroché des numéros.

Le soleil est radieux, 27° à l'ombre et probablement 35° au soleil.

Nous visitons les rues alentour, c'est magnifique! Sébastien qui a l'habitude des départs éclairs me retient à 8,5 Km/h pour que je contemple les trottoirs. Il est subjugué par la beauté du paysage (Je connaissais déjà pour avoir visité en 2017 avec Bruno). Pour mieux s'en imprégner il refait un tour, puis 3, puis 4, 5...et ne s'arrête que le lendemain à 11h après avoir tourné 115 fois sur le parcours d'un peu plus de 1 Km (distance parcourue 116,687 Km exactement). Quand à moi je me contente de parcourir cette année 129 Km (l'organistion me confirme mes 173 Km de l'an passé).

Petite consolation: Le 1er coureur n'a cumulé que 178 Km contre 228 Km l'an passé.

De mémoire, on n'avait jamais vu marcher autant de coureurs dès les 1ères heures, en raison de la canicule.

Sébastien et moi étions les plus visibles car nous avons marché-couru du début à la fin sous les couleurs du club et en duo pendant une quinzaine d'heures.

Les habitants sont sympa, ils nous ont offert à boire et à manger dans la salle tous les Km, soupe, fruits secs, tucs, pâtes... Nous sommes obligés de nous raisonner pour ne pas faire d'excès.

En fait nous ne pourrons plus rien avaler, et même l'eau plate donnera la nausée.

Nous avions prévu de ne faire que des poses de 10min, mais les douleurs, genoux démontés, pieds soumis à la question... nous obligent à des arrêts plus longs, 3 h pour moi, près de 5 h pour Sébastien.

Tous les autres excursionnistes s'arrêtent de courir comme nous à 11h le dimanche, ou plutôt de marcher car enfin il n'y a plus que Sébastien pour courir encore à cette heure là. Une sieste prolongée lui a redonné du tonus, alors que j'effectue la dernière heure sur une patte. Pour s'améliorer, deux pistes: apprendre à gérer l'alimentation en course et mieux choisir l'épaisseur des semelles.

 

Pour résumer rien de mieux que le message sympa reçu des organisateurs après la course:

«dura lex sed lex. Les lois physiques sont dures et implacables en effet. La course de 24h nous ramène tous et toutes aux réalités humaines et nous fait bien comprendre nos limites en tous points, mentales, physiologiques, physiques entre autres mais aussi nous rappelle comme la solidarité intergénérationnelle est belle !

J'espère que vous garderez toutes et tous un agréable souvenir d'Eppeville en mai 2018.

Non, il ne fait pas froid en Picardie, en tout cas, pas toujours !»

 

Un conseil toutefois, ne partez pas en vacances à Eppeville en dehors de ce 1er WE de mai, vous seriez déçus.

(et Bravo à Sébastien, un nouveau 100 bornard au club).

 

                                                           F.PEREZ

 

 

Balade en Somme
Balade en Somme
12 mai 2018 6 12 /05 /mai /2018 09:46

Cette année, les Championnats de France des 100 km étaient organisés le 21 Avril 2018 à Belvès dans la belle région de Dordogne, et c'était l'occasion pour moi de faire découvrir cette course à un ou deux courageux volontaires.
 

Sébastien ne pouvant pas nous accompagner, c'est François qui se laisse embarquer dans cette aventure malgré un autre défi bien plus fou dans quelques semaines, Sébastien y sera aussi, je ne vous en dis pas plus !

 

Nous arrivons  au camping à Siorac en Périgord vendredi en fin d'après-midi et situé à 7 km de Belvès. Nous nous installons rapidement dans le mobil-home, puis allons récupérer nos dossards. Après une bonne bière rafraîchissante, des retrouvailles avec un ami coureur d'Evreux et une petite balade dans les ruelles du village médiéval, nous allons manger la pasta, bien copieuse, la Dordogne sait recevoir! Rassurez vous, pas de foie gras au menu ! Quelques airs d'accordéons sont joués et l'ambiance est bien sympa!
A table, nous discutons avec notre voisin, un corse et comprenons qu'il fait partie des meilleurs coureurs en France sur 100 km, nous écoutons ses conseils principalement axés sur la préparation. Nous sommes d'accord, il faut faire de grandes sorties et cumuler des km.
Nous retournons au camping pour une nuit qui devra être la meilleure possible. Étrangement, le sommeil arrive assez vite et nous sommes en super forme au réveil à 5 h 45.

Nous retournons à Belvès à 7 h 00 pour une grande journée ! Le départ sera donné à 8 H 00 : il ne fait que 8 ° et nous savons qu'il va faire très chaud ce samedi et nous allons être gâtés !
Je retrouve 4 coureurs du VRAC sur la ligne de départ, des habitués de cette course et un coureur alsacien en V4 rencontré à plusieurs reprises à Millau et Belvès. Un vrai plaisir de se retrouver ! Nous sommes 557 coureurs au départ. François s'est échappé pour un besoin naturel et reviendra 2 mn avant le départ, dommage,  je ne le reverrai pas pour lui souhaiter une bonne course !

Le départ est donné, nous faisons le tour du village, puis nous nous engageons dans la grande descente de 1,800 km que nous devrons grimper au retour pour l'arrivée. De nombreux coureurs se souhaitent d'être à cet endroit dans quelques heures, ce sera évidemment l'accomplissement d'un beau défi préparé depuis plusieurs mois. La descente se fait donc dans la bonne humeur et nous profitons du moment. 

Les 30 premiers km se passent bien, à 11 km/h de moyenne, allure que je m'étais fixé jusqu'au 50 ème km. Je fais quelques km avec le coureur d'Evreux qui est parti dans les derniers et se régale de remonter le peloton. Sans m'en apercevoir, j'ai accéléré, je décide alors de le laisser partir pour revenir dans un groupe à allure plus modérée. J'avais décidé d'éteindre le chrono au bout de 3 heures de course afin de ne plus être préoccupé par l'allure lorsque ça ira moins bien. Nous avons déjà passé quelques beaux villages  et châteaux qui longent  la Dordogne (Beynac, La Roque-Gageac), les vues sont magnifiques.

La chaleur commence à se faire ressentir mais je sais qu'une portion en forêt se situe entre le 40 ème et le 50 ème, nous serons beaucoup mieux à l'ombre.

Je passe le marathon en 4 h  , je cours seul depuis quelques bonnes minutes et je n'ai plus mes repères, le parcours ayant été modifié  cette année : il y a deux ans, j'avais pris le ravitaillement avec mes enfants au 45 ème et j'étais reparti bien reboosté : j'aurai aimé, cette année, me retrouver à cet endroit pour me remémorer ce bon souvenir. Je prends un premier coup au moral !

Je commence à m'accrocher pour aller à la salle des sports de Sarlat au 50 ème km, je sens mes pieds gonflés dans les chaussures, une douleur au dos commence à apparaître, j' arrive enfin à la salle en alternant course et marche, mais que ces 5 derniers km ont été difficiles ! Je décide de faire un arrêt, sur l'herbe et à l'ombre à la salle de sport, j'en profite pour bien ravitailler et déserrer les lacets de mes chaussures, le plus dur reste à venir !

Je repars gentiment mais dès les premières foulées, je comprends que l'après-midi  va être longue : quelques petites côtes du parcours me font souffrir au dos, le moral baisse et la chaleur devient étouffante. Je passe difficilement le 60 ème km et décide  d'abandonner  au ravitaillement du 63 ème km après 7 h 15 de course : je n'en peux plus, il en reste 37 et ne me sens plus capable de les faire.

 Je ne suis pas le seul à avoir la même idée, quelques minutes plus tard, un autre coureur fera la même chose au même endroit. Les bénévoles sont aux petits soins, nous trouvent une chaise et  un parasol en attendant une voiture qui nous emmènera à Belvès  : les abandons sont déjà très nombreux à cette heure-ci et aucune voiture n'est disponible : nous encourageons les coureurs et coureuses, je reconnais quelques uns avec qui j'ai pu courir et discuter quelques heures avant.
Le temps passe et c'est au tour de François d'arriver à ce ravitaillement. Il est surpris de me voir ici, il ne comprend pas tout de suite ma décision et m'encourage à repartir avec lui : mon dossard n'est pas retiré mais ce ne sera pas possible pour moi, il aura bien essayé de me faire changer d'avis !  Je l'encourage à aller au bout de ce 100 km et lui conseille de bien s'arroser et s'hydrater, ce qu'il fait déjà très bien. La température est de 36 ° à ce moment de l'après-midi !

La voiture se faisant attendre, c'est un jeune bénévole du stand qui décide de nous emmener au ravitaillement de Castelnaud la Chapelle au 71 ème km où nous aurons plus de chance de trouver un véhicule pour le retour. L'organisation a prévu des renforts à cet endroit, par expérience, elle connait les lieux propices aux abandons. C'est aussi l'occasion de discuter, avec notre chauffeur, de l'organisation de cette course, il y participe avec sa famille depuis de nombreuses années. 
C'est à cet autre ravitaillement que je retrouve François : il me semble bien et ma satisfaction est de savoir qu'il franchira la ligne d'arrivée dans quelques heures. Mon dossard rendu,  un second véhicule nous emmène à Belvès, le chauffeur nous annonce une centaine d'abandons après 9 heures de course
En attendant François près de la ligne d'arrivée, je retrouve un des 4 coureurs du VRAC qui a abandonné au 35 ème km, son genou a doublé de volume ! Comme moi, il attend ses copains de club  et ils sont très loin de leurs meilleurs chronos ! Les arrivées défilent, certains sprintent, d'autres sont accompagnés par la famille sur les derniers mètres. 
La  nuit tombe et la température aussi, les coureurs auront moins chauds et cela leur permettra de terminer dans de meilleures conditions même si cela ne fera pas disparaître les douleurs musculaires.

C'est au tour de François d'arriver avec un compagnon de route, V3 également : l'entraide dans les derniers km est essentielle et leur a permis de se motiver pour grimper la dernière montée de la journée. 
François franchit la ligne en 13 h 52'39 s, se classe 283 ème et 26 ème V3 : très fatigué mais heureux ! Très ému, il me confirmera qu'il a souffert comme rarement.

Cette année, la chaleur a rendu la course très difficile et la médaille de ces Championnats de France des 100 km offerte à l'arrivée a été bien méritée !
Pour info, le premier réalise 7 h 14  avec 17 mn d'avance sur le second, notre ami corse fait 8 ème en 8 h 11, la première féminine 30 ème en 9 h 24, Denis Morel du VRAC 36 ème en 9 h 36, mon ami d'Evreux 66 ème en 10 h 15 et il y aura 138 abandons sur 557 partants !

Malgré ma déception, je garderai tout de même un bon souvenir de cette journée : je suis fier et heureux d'avoir fait découvrir cette course à François, d'y avoir retrouvé quelques normands et j'espère vous avoir convaincu de tenter, un jour, de courir et de terminer un 100 km. 
 

Encore Bravo à François PEREZ !

                               Bruno


 

Le RCS 76 aux Championnats de France des 100 km à Belvès
Le RCS 76 aux Championnats de France des 100 km à Belvès
Le RCS 76 aux Championnats de France des 100 km à Belvès
Le RCS 76 aux Championnats de France des 100 km à Belvès
Le RCS 76 aux Championnats de France des 100 km à Belvès

Présentation

  • : Running Club Stéphanais 76
  • : Association loi 1901 . Club de course à pieds ouvert aux adultes hommes et femmes . Entrainements hebdomadaires en forêt du Madrillet . Courses sur routes . Club engagé dans le "Challenge Inter Cross de la Seine" . Groupe pratiquant la marche "rapide".
  • Contact

Rechercher Un Article

Photos forêt du Rouvray