Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 15:03

Retour épisode précédent : "Sur les chemins de l'enfer"

 

2. Jeronimo et sa tribu

 

Voici quelques années, entre la France et l’Espagne, vivait le comte Jeronimo de Pesquèt (prononcez peskète). Jeronimo n’était pas homme ordinaire. Oh NOOON !

Il représentait l’ordre. Tout sur lui, du soulier au chapeau, respirait la ligne droite. Dans la petite ville de San Esteban del Rouvret (prononcez rouvrète) dont il était l’une des personnalités, chacun connaissait sa figure aux contours géométriques.

On le surnommait Matrique.

L’esthétique mathématique et le calcul statistique l‘émouvaient ainsi que les concours hippiques.

La gente chevaline constituait d’ailleurs pour ce cœur de lad un sujet d’intérêt inépuisable qui finissait même parfois par lasser son auditoire tant il en faisait une histoire.

De famille noble, il avait appris à monter avec son père venu en Camargue pour exploiter des rizières avant de retourner, fortune faite, sur ses terres.

Le jeune Pesquèt avait grandi l’oreille collée à celle des chevaux vaux vaux,

Gambadant en liberté à travers les immensités du paysage camarguais gai gai.

Ce qui l’incita plus tard à bâtir un club de coureurs rompus à la technique du fart lek lek lek.

Au grand désespoir de sa famille qui lui cherchait un noble parti, ti, ti.

Jeronimo préférait la basket au parquet des palais princiers qui l’ennuyaient yé yé.

Son grand projet consistait à gagner le réputé relais du Saint Père sur les chemins méconnus de Compostelle car le mystique le branchait autant que la géométrie ou les chemins apostoliques lic lic.

Pour former son équipe et réaliser son projet il avait son idée dé dé.

En bon comte qu‘il était, Il tenait une comptabilité parfaite des résultats des ouailles de son club dont il s‘était auto proclamé président à vie : nombre de participations aux courses de chacun, résultats, classement par catégorie, type de chaussures utilisé, short et maillot préférés, autant d’informations qui allaient lui permettre, pensait-il, de sélectionner le team ad hoc, celui des plus assidus, celui enfin qui lui attacherait les faveurs des dieux de l‘Olympe.

Non pas qu’il soit particulièrement enclin à croire à une existence divine, mais dans le doute, jugeait-il préférable de mettre toutes les chances de son côté au cas où zoù zoù.

La deuxième partie de son plan consistait à s’inoculer du sérum de pur sang afin de galoper plus vite. A cette idée, il hennissait de plaisir zir zir.

Bien sûr ce projet imposait une compétence médicale qu’il savait trouver auprès de son bras droit, la jolie Sofia Molinella, infirmière de son état et vice présidente du club, à vie aussi si si.

Petite fille d’un ancien chanteur célèbre qui chanta naguère à sa grand-mère :

Molinella, ah reste encore dans mes bras,

Avec toi je veux jusqu’au jour,

Danser cette rumba d’amour, mour mour.

Sofia serait le bras qui piquerait pour offrir la globule chevaline.

On met bien du bourrin dans les hamburgers, pourquoi pas dans les coureurs ?

Restait à sélectionner deux autres relayeurs. L’étude statistique lui livra deux noms.

Sancho Patou d’abord, un grand escogriffe avec lequel Jéronimo avait déjà couru le relais des Moulins à vent,

Johan de Giordanello ensuite surnommé Bip bip depuis le relais du club où il passa nombre de partenaires comme s’il avait un coyotte à ses trousses.

Un de ses équipiers en ce jour fameux, surnommé lui, Jolly Jumper vit encore et peut en témoigner. Pour la petite histoire, je préciserai que le surnom de ce témoin lui attira, vous vous en doutez bien, les faveurs du président, amateur de bonnes montures. Président qui, soit dit en passant, lui rendit même quelques visites discrètes en scooter car ils habitaient la même ville. Mais nous nous garderons bien de nous étendre sur des faits divers qui ne nous regardent pas.

                                                                     

 

A suivre au prochain épisode : "Les voies du seigneur sont pleines d’imprévu"

Publié par Jean François JOLY - dans Contes à dormir coureur

Présentation

  • : Running Club Stéphanais 76
  • : Association loi 1901 . Club de course à pieds ouvert aux adultes hommes et femmes . Entrainements hebdomadaires en forêt du Madrillet . Courses sur routes . Club engagé dans le "Challenge Inter Cross de la Seine" . Groupe pratiquant la marche "rapide".
  • Contact

Rechercher Un Article

Photos forêt du Rouvray